Albums, Musique

Marian Hill – Act One

Bien que ce premier album soit sorti en 2016, il mérite par son style (qui n’est pas le mien) une attention particulière.

Ce duo de Philadelphie, se situe entre le jazzy, le RnB, l’alternative (tiens, ça existe encore) et  je ne sais quoi, oh et après  tout on s’en fout car Samantha Gongol surpasse tout et peut se permettre de poser sa voix sur ce style de musique tant elle possède une faculté d’adaptation à différentes rythmes.

Inutile de préciser que ce genre de musique n’est pas ma soupe, mais force est de reconnaître que l’inventivité des morceaux (car variés, pour la moitié de l’opus en tout cas) me sied parfaitement pour une balade, au travail, ou pour une soirée tranquille.

Cet album de 11 titres est vraiment surprenant. Tout commence avec Down le piano démarre sur un rythme envoutant, survint la voix de Gongol et une rythmique qui invite à une douce mélancolie dansante. Surprise et bon goût s’entremêlent. Ce titre est une invitation à poursuivre l’écoute de cet opus.

Évidemment des morceaux comme I want you sont un brin dispensables mais malgré tout très agréables à écouter. Cela reste très rythmique dans une douceur certaine. Sans verser dans la musique de programmateur informatique.

One time sonne terriblement juste, on est à mi-chemin entre un son sonnant jazzy et un morceau lounge sans déraper dans la musique d’ascenseur. Force est de reconnaître que sur Got it mes oreilles se resserrent  et l’écoute devient un brin pénible (là on s’approche de Britney Spears) mais bon passons.

Retour aux fondamentaux avec Love it où la voix se mélange avec une rythmique très RnB, de la boite à rythme, comme quoi même un réfractaire comme moi se laisse plonger dans le creux du matelas pour un moment relaxant.

Bien évidemment, je m’attarde sur le titre Wiskey où les percussions un tantinet énervantes, révèlent une production parfaite pour le genre sans que cela me transcende plus que ça.

La conclusion avec Wasted sème un doute à mon esprit. En effet, je ne ressens aucune cohérence à l’album. Pourquoi commencer avec un titre si bon et terminer avec des morceaux aussi similaires ? Je n’aurais jamais de réponse. Peut-être suis-je trop étranger à  ce style.

Je dois malgré tout reconnaître avoir eu un certain plaisir à écouter cet album qui, je me répète, ne correspond pas à mes goûts mais qui m’aura fait découvrir une voix superbe et pure et que j’espère retrouver sous d’autres productions.
Un tire à retenir : Down. Pas nouveau mais vraiment très agréable à entendre.

– La Disruption –

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s